2iéme edition de Village de la Paix à Ziguinchor – juin 2018

Les jeunes en action pour un retour définitif de la paix en Casamance

Le village de paix est un événement participatif destiné au grand public, organisé sur une place de Ziguinchor regroupant 150 à 200 participants venant du Sénégal et des pays voisins.

Téléchargez le RAPPORT GENERAL DE L'EDITION II DU VILLAGE DE LA PAIX

Cérémonie d'ouverture par le maire Robert SAGN
Cérémonie d'ouverture par le maire Robert SAGNA

Ce village disposera  des stands sous forme de case où vont se tenir des ateliers. Il y aura des forums en tronc commun avec des thèmes spécifiques et un concert sur la paix réservé aux jeunes artistes. On également prévu une randonnée pédestre et des séances de présentation des actions menées en Casamance par les différents programmes, ONG, et associations faitières de femmes et de jeunes. Il visera à sensibiliser voire mobiliser le grand public et les pouvoirs publics et à faire passer le message « Oui ensemble, une paix durable et définitive est possible ». Il sera également un cadre à travers lequel les interventions des partenaires au développement, des organisations communautaires, les jeunes, les femmes et les populations feront découvrir la façon dont ils/elles peuvent contribuer à s’engager dans la recherche de la paix et du développement socio-économique de la Casamance.

 

Periodes et lieu

  • 21, 22 et 23 Juin 2018
  • La Maison de la paix

L'arrivé d'un délégation pour l'événement

Objectif general

  • Amener les jeunes, les femmes et les populations à prendre conscience de l’importance de travailler ensemble pour  transformer  la situation d’accalmie en une paix réelle.

Objectifs specifique

  • Organiser la deuxième édition du village de la paix, un événement participatif destiné au grand public,  regroupant  150  à 200 Jeunes  de la sous-région (le Sénégal, la Guinée Bissau, la Guinée Conakry et la Gambie) pour une durée de 3 jours d’activités ;
  • Aménager le site pour abriter des stands où vont se tenir 4 ateliers ;
  • Animer 4 ateliers avec différents thèmes en vue de renforcer les connaissances des participants durant les 3 jours dans le but de participer activement à la recherche de la paix et de la stabilité ;
  • Offrir un cadre d’expression favorisant  les témoignages  des activités menées par  la DPC, sur le terrain, les actions  réalisées au niveau sous régional, et les activités conduites  par la société civile pour la paix en Casamance.
  • Sensibiliser et mobiliser  le grand public et les pouvoirs  publics en faisant  passer le message  de paix  «  Oui ensemble,  une  paix  durable et définitive est possible ».
  • Faire un plaidoyer à l’endroit de l’Etat et du MFDC à prendre en compte les besoins, aspirations, volontés et souhaits de la population en formalisant le processus de paix.
  • Créer un espace d’échange et de partage entre les jeunes et les différents ONG, programmes et associations intervenants dans le processus de paix portant sur les actions menées sur le terrain

Resultats attendus

  • Un village de la paix est organisé et a permis de mobiliser 150 à 200 jeunes de la sous-région.
  • Le cite aménagé a permis la tenue des 4 ateliers du village de la paix.
  • Les 4 ateliers organisés ont permis aux participants de renforcer leur connaissance dans les différents thèmes abordés.
  • Un cadre d’expression a permis aux jeunes et aux acteurs de partager les expériences et les bonnes pratiques portant sur les activités menées sur le terrain.
  • Les jeunes, femmes et les communautés se sont approprié du message « Oui ensemble une paix durable et définitive  est possible ».
  • Le plaidoyer a permis à l’Etat et au MFDC de prendre conscience de l’importance de la formalisation du processus de paix en Casamance.
  • La deuxième édition du village a donné l’opportunité aux jeunes d’être en contact avec différents acteurs intervenants dans la consolidation de la paix.
  • Les jeunes participants et participantes s’engagent à travailler davantage pour transformer la situation d’accalmie en une paix définitive dans le respect des droits humains.

Jeunes: acteurs potentiels dans le processus de paix

Les jeunes sont, à la fois, les premiers acteurs et les premières victimes de ce conflit. Ils sont potentiellement les premiers acteurs du processus de paix. Conscients  de notre rôle  en tant que jeunes, la  Dynamique de Paix en Casamance en collaboration avec AJWS (American Jewish World Service) et d’autres partenaires (HD, Fédrish Elbert, CRS) et programmes comme PPDC ANRAC, compte organiser la deuxième édition du Village de la Paix.

En 2012, nous sommes passés de 12 comités locaux à 23 comités locaux en 2018 à travers le Sénégal, la Guinée Bissau, la Gambie, la Guinée Conakry et bientôt en Côte d’Ivoire, au Mali et au Burkina.

Chaque comité local est composé de 16 associations  soit  368 associations pour l’ensemble des comités avec un effectif de 20 000 membres en moyenne. Ces associations interviennent dans la conduite des activités de la recherche  de solutions pour le retour définitif de la paix en Casamance et la stabilité au niveau sous régional.

L’association Dynamique de Paix en Casamance(DPC) est reconnue juridiquement, sous le  n° 0849/GRZ  est dont le siège se trouve  au quartier Korentas, à la Maison de la Paix  réhabilité par la DPC en 2012.

 Vue cette ferme volonté manifestée  par la prise de conscience des jeunes, notre rôle n’est rien d’autre que d’ aller à la rencontre de nos  frères, Sœurs et des populations pour  les sensibiliser et   les motiver  au combat, pour le retour définitif d’une paix durable en Casamance et la stabilité dans la sous-région.

Contexte et justification

Depuis plus de 35 ans, la Casamance vit une situation d’un conflit armé qui, au plus fort des combats entre armée et rebelles, a fait fuir les populations rurales vers les villes d’une part et vers les pays frontaliers tels que la Gambie et la Guinée-Bissau d’autre part.

Ce conflit  a fait beaucoup de dégâts sur le plan humain : veuves, orphelins… mais aussi sur le plan migratoire que démographique notamment les populations déplacées et la surpopulation des villes. Ce conflit a perduré et risque de motiver d’autres situations complexes en raison des sentiments de haine, de jalousie et de vengeance qui se sont installés dans le cœur des populations, plus particulièrement parmi les jeunes de la région.

Les accords de paix signés entre le Gouvernement du Sénégal et le Mouvement des forces Démocratiques de Casamance (MFDC), de décembre 2004, avaient suscité beaucoup d'espoir. Cependant leur mise en œuvre n'a pas beaucoup progressé depuis lors, tant parce que, tout d’abord, l’Etat n'a que très partiellement concrétisé ses engagements et  ensuite  parce que le MFDC peine a retrouver son unité depuis le décès de son leader historique Abbé Diacoune SENGHOR.

Ni guerre ni paix

La Casamance vit actuellement une situation de ni guerre ni paix. Cette situation réduit fortement les possibilités de développement de la région malgré son fort potentiel et les efforts de nombreuses Agences et ONG internationales actives depuis des années dans la région.

Cependant une volonté de dialogue existe toujours surtout qu’elle est portée principalement par la société civile et aujourd’hui renforcée par le nouveau chef de l’Etat  Monsieur le Président Macky SALL et les différents leaders du MFDC à aller vers une table de dialogue. Les " jeunes  du réseau dynamique de paix en Casamance " sont particulièrement engagés dans cette dynamique pour un retour définitif de la paix en Casamance.

Avec l’espoir que tout le monde avait des événements malheureux viennent nous surprendre. Le 6 janvier 2018, quatorze personnes sont tuées en Casamance  dans la forêt protégée de Boffa-Bayotte Est par des hommes armés non-identifiés avec  comme élément  justificatif  la coupe clandestine de bois.

Le 25 janvier 2018, toutes les radios de la place font état d’un braquage suivi d’un viol dont seraient victimes quatre touristes espagnols (un homme et trois femmes) en Casamance, dans le secteur de Diouloulou. L’enquête diligentée révèlera qu’il n’en serait rien et qu’il s’agirait plutôt d’une entourloupe manifestement bien huilée, tandis que les supposées victimes du braquage et du viol rentreront tranquillement chez elles en Espagne.

En réponse à ces  différents événements malheureux, un dispositif militaires, suivi aussitôt de bombardements  sur les zones de crimes avec comme motif le ratissage de la zone pour traquer les auteurs .Le constat fait sur le terrain, est que cette réponse  pourrait remettre en cause le processus  de paix en Casamance, s’elle n’est pas  bien géré

Si beaucoup ont salué la volonté affichée des protagonistes à « ranger les armes » pour donner une chance au dialogue afin d’aboutir à  une paix négociée avec tous les acteurs, il reste qu’aucun contenu n’a été donné à cette accalmie qui ne semble pas servir à grand-chose.

L’organisation de la deuxième édition du village de paix  s'inscrit  dans la démarche  ou tout un chacun et chacune de nous doit s’impliquer et apporter sa pierre à la construction d’une paix durable en Casamance et la stabilité dans la sous-région.

Partenaires  Nationaux

  • Autorités administratives et politiques ;
  • Institutions de l’Etat sénégalaise (Assemblée Nationale, Haut Conseil des Collectivités Territoriales, Conseil Economique, Social et Environnemental…)
  • Autorités religieuses et coutumières ;
  • Société téléphonique : Orange, Tigo, Expresso…
  • Sénélec, SDE et la Lonase
  • Presse
  • Les coopérateurs
  • Les banques : SGBS, Ecobank, atlantique, BHS, BOA, CBAO, CMS, Pamecas
  • ONG/Programmes/Association :
  • ANRAC
  • PPDC
  • CRS
  • CARITAS
  • Shelter For Life
  • ARD
  • Enda tiers monde
  • COSCPAC
  • AMA
  • PUDC
  • WANEP
  • PFPC
  • USSOFORAL
  • FONGIP
  • PAPEJ
  • ANPEJ
  • UASZ
  • UVS
  • ISM
  • UCAO
  • GNV
  • UNACOIS
  • Chambre de commerce

Partenaires  Internationaux

  • AJWS (American Jewish World Service)
  • HD (Centre de Dialogue Humanitaire)
  • CICR (Croix Rouge Internationale)
  • Fondation Friedrich Elbert
  • FKA (Fondation Konrad Adenauer)
  • Coopération Espagnole
  • Coopération Française
  • Coopération Belge
  • Coopération Suisse
  • Ambassade du Québec à Dakar
  • RFI
  • France 24
  • HCR